Techniques de collecte et barrage

Aujourd’hui, la collecte est fortement tributaire :

  • de la forte variabilité spatio-temporelle, quantitative et qualitative des arrivages ;
  • du grand nombre de sites touchés lors des pics d’échouage ;
  • des capacités de prédiction des échouages en amélioration, mais encore limitées ;
  • de l’accessibilité complexe sur de nombreux littoraux (enclavement, espaces protégés…) ;
  • des modalités d’interventions mécanisées le plus souvent non durables aujourd’hui ;
  • du cadre économique contraint : impératif de maîtrise des coûts.

Les types de collecte

La collecte manuelle

La bonne gestion des équipes et de l’évacuation des algues collectées est indispensable au succès des opérations de collecte manuelle, qui doivent être principalement déployées sur des zones à risque H2S faible.

La collecte mécanique à terre

La collecte mécanique renvoie principalement à l’utilisation d’engins du secteur agricole et du BTP pour collecter les algues sargasses sur les littoraux accessibles. Ce type de collecte peut dans certains cas contribuer à la dégradation du site de collecte par exemple la collecte de sable sur les plages.

La collecte en proche côtier

    L’ADEME recommande ce type de collecte afin d’éviter les impacts et nuisances des échouages, de faciliter la collecte sur les sites peu accessibles et de collecter une sargasse « propre ».

    La collecte au large

    La forte variabilité spatiale, temporelle et structurelle des arrivages de sargasses en haute mer est défavorable à leur collecte au large. En outre, il convient de rappeler que les bancs de sargasses, au large, ont une valeur écosystémique non négligeable puisqu’ils représentent des abris et nurseries pour de nombreuses espèces marines (poissons, tortues, etc.).

    Les barrages

    0

    Les barrages sont des structures flottantes, constituées principalement de filets et flotteurs et fixées au fond marin (poids mort, ancre, etc.). Il existe deux grands types de barrages : les barrages bloquants et déviants. Le barrage bloquant va entrainer une dégradation des sargasses derrière le filet si elles ne sont pas collectées. Le barrage déviant est lui positionné de telle sorte à rediriger les sargasses vers un autre lieu où une collecte est recommandée. Selon la configuration de la côte, un type de barrage peut être plus avantageux que l’autre.

    L’implantation de barrages déviant les sargasses nécessite plusieurs conditions :

    • une bonne connaissance de la configuration locale (courantologie, conditions de houle, vents, etc.) ;
    • un dimensionnement selon la bathymétrie, le type de fond, etc. ;
    • la vérification de la sensibilité écologique du site et l’absence de possibles impacts notables sur l’environnement marin (coraux, herbiers, etc.) ;
    • la capacité d’être facilement mis à l’abri en cas d’évènements météorologiques défavorables (tempête, ouragan, tsunami, etc.) ;
    • la combinaison avec un plan de collecte de sargasses ;
    • un entretien régulier pour assurer pleinement leur rôle.

    L’ADEME préconise d’adapter les types de collecte selon l’intensité des échouages. Les intentions sont de :

    • collecter avant que les algues ne se décomposent ;
    • définir les techniques les plus adaptées à chaque configuration d’échouage ;
    • veiller à la sécurité des travailleurs.

    Recommandations d’utilisation du matériel de collecte selon la configuration du site d’échouage et l’intensité des échouages

    Tableau de recommandations d'utilisation du matériel de collecte selon la configuration du site d'échouage et l'intensité des échouages. Voir descriptif détaillé ci-après

    0

    Télécharger le tableau et son descriptif (PDF - 873.16 Ko)

    L’évaluation des techniques innovantes de collecte et barrage

    Dans le cadre de la mission sargasse, l’ADEME Martinique expertise, en collaboration avec d’autres acteurs du territoire, les nouveaux dispositifs de collecte. Depuis 2016, elle s’appuie notamment sur le bureau d’étude SAFEGE pour l’évaluation des techniques innovantes de collecte et de barrage. L’évaluation est réalisée à partir des données recueillies au cours d’expérimentations terrain et d’entretiens. Elle s’appuie principalement sur des critères technico-économiques (rendement, coût journalier, etc.) et présente les avantages et inconvénients de chaque technique au regard du contexte d’utilisation.

    Du fait des nombreuses et récurrentes pannes constatées sur le matériel de collecte et barrage, la problématique de la durée de vie du matériel a été incluse au marché renouvelé en 2020. Des préconisations en termes de gestion et d’entretien devront être formalisées pour apporter un appui aux gestionnaires de ce matériel.