Contexte et actions régionales

Le secteur de la construction est celui consommant le plus de matières minérales de toutes les autres industries. Son impact en termes de consommation énergétique et d’émissions de gaz à effets de serre est important à toutes les étapes de sa vie : conception, construction, exploitation puis enfin destruction après plusieurs décennies d’exploitation.

Contexte actuel en Martinique 

En Martinique, l’impact environnemental des bâtiments est d’autant plus important du fait du caractère insulaire : importation de matériaux de construction, utilisation d’énergie majoritairement fossile pour la construction et l’exploitation des bâtiments, filières de déconstruction inadéquates localement pour certains matériaux ou équipements…

Selon l’étude réalisée en 2019 par l’Observatoire territorial de la transition écologique et énergétique (OTTEE), le secteur tertiaire consomme ainsi 51,5 % de la consommation électrique finale et le secteur résidentiel 37,7 %.

Graphiques de répartition de la consommation électrique par secteur d’activité en 2018 et 2019. Voir descriptif détaillé ci-après

0

Source : bilan énergétique Martinique 2019 (OTTEE)

Descriptif détaillé du graphique (PDF - 83.09 Ko)

La mise en application de la Réglementation thermique, acoustique et aération pour les bâtiments neufs dans les départements d’outre-mer (RTAA-DOM) en 2010 puis de la Réglementation thermique Martinique (RTM) en 2013 s’attache à réduire significativement les consommations énergétiques des constructions neuves. Pour en savoir plus sur les textes réglementaires, vous pouvez consulter le : 

Toutefois, le parc immobilier martiniquais ayant un taux de renouvellement inférieur à 2 %, on peut considérer que plus de 60 à 70 % des bâtiments de la Martinique de 2030 existent déjà. Dans ce contexte et dans un souci d’atteinte de l’autonomie énergétique de l’île, il devient urgent de réduire la consommation énergétique des bâtiments existants. 

Objectif et missions de l’ADEME

Pour favoriser un développement durable du secteur du bâtiment en Martinique tout en assurant le confort des usagers, plusieurs points doivent être pris en considération :

  • un urbanisme durable, avec une vision d’aménagement du territoire orientée vers la préservation des ressources et l’utilisation des atouts du site d’implantation ;
  • une approche bioclimatique, avec un choix avisé de l’implantation des bâtiments et de leur conception ;
  • une maîtrise de la demande énergétique, en recherchant la sobriété énergétique et l’efficacité énergétique.

Comment agir ?

La conception des bâtiments durable en climat tropical humide n’est pas une chose aisée, car les techniques d’écoconception doivent tenir compte de la performance énergétique, tout en ajoutant une notion de confort qui peut être complexe : confort hygrothermique, confort acoustique, confort visuel, autant de notions très subjectives.

Les bons gestes

Dans le secteur résidentiel comme dans le secteur tertiaire, une bonne conception des bâtiments passe par quelques points indispensables :

  • l’enveloppe des bâtiments, qui par sa conception et par le choix de matériaux appropriés, garantira un confort suffisant à ses occupants pour une faible consommation énergétique, notamment via une bonne isolation et une orientation éclairée pour profiter des atouts (vent, masques végétaux…) en limitant les inconvénients ;

Expertise - batiment - bon geste

Descriptif détaillé de l’image (PDF - 186.5 Ko)

  • Les équipements de climatisation : il conviendra, en complément du travail sur l’enveloppe, d’agir sur la qualité des appareils, ainsi que sur les comportements des usagers pour limiter les consommations énergétiques associées à ce poste, lorsqu’il a été jugé indispensable ;

0

  • l’eau chaude sanitaire : le chauffe-eau électrique reste le mode de production le plus répandu, occupant les trois quarts du parc installé, alors même que l’ensoleillement du territoire permettrait aisément de couvrir la demande associée à ce poste.

0

Accompagnement

Téléchargez le guide « Rénover son logement en Martinique » (PDF - 1.32 Mo)

À terme, des plateformes de la rénovation énergétique de l’habitat vont permettre de faciliter cette relation de proximité au sein des Établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) et en relation avec les communes afin de massifier le passage à l’acte dans le domaine de la rénovation énergétique.
Ces plateformes de la rénovation énergétique visent à :

  • lutter contre la précarité énergétique ;
  • informer et orienter les particuliers sur les possibilités de rénovation de leurs logements ;
  • structurer la filière économique de la rénovation, fortement créatrice d’emplois.

Études

Pour répondre aux évolutions de la société et à ses attentes, il est essentiel de connaitre ce qui se fait de mieux sur le marché, d’être toujours à la recherche de nouvelles solutions afin d’optimiser la conception et la construction des bâtiments.

Cette amélioration continue passe par la réalisation d’études, pouvant qualifier de nouvelles techniques ou technologies, ou encore permettant d’avoir un retour sur des projets expérimentaux performants ou innovants.

Ainsi, l’ADEME a lancé plusieurs études pour approfondir la connaissance du secteur du bâtiment sur l’île :

Trois études ont été lancées pour évaluer une démarche de qualité de la construction des bâtiments tertiaires, en obtenant un retour d’expérience sur :

  • le caractère performant de bâtiments ayant suivi des démarches Haute qualité environnementale (HQE) à l’aide de mesures de consommations et de confort ;
  • la qualité de l’air intérieur dans les bâtiments tertiaires ;
  • la consommation énergétique des bâtiments de commerce.

Ces études ont donné naissance à des guides pratiques :

Améliorer le confort et la performance énergétique des bâtiments tertiaires en Martinique

Confort et performance énergétique des bâtiments tertiaires en Martinique : fiches projets

Webinaire sur le confort et la performance énergétique des bâtiments tertiaires en Martinique

Améliorer la qualité de l’air intérieur des bâtiments tertiaires en Martinique

► Webinaire sur la qualité de l’air intérieur des bâtiments tertiaires en Martinique

0

Améliorer la performance énergétique des commerces martiniquais

Basé sur une étude instrumentée de 30 bâtiments de commerce en Martinique, ce guide a pour objectif de mettre en avant les bonnes pratiques relevées durant l’étude et de recommander des actions concrètes d’économie d’énergie pour tous les commerces, des plus petits aux plus grands, de ceux fonctionnant avec la climatisation aux bâtiments ventilés naturellement.

Accompagnement de la filière bâtiment

La filière du bâtiment regroupe de nombreux corps de métiers qui travaillent en étroite collaboration pour construire les bâtiments de demain : architectes, bureaux d’études, artisans… tous cherchent à réaliser les bâtiments les plus confortables et économes en énergie possible.

Dans le cadre du Programme territorial de la maîtrise de l’énergie, l’ADEME Martinique accompagne la structuration de la filière et la montée en compétence des acteurs locaux de plusieurs façons :

  • lancement annuel d'appels à projets (PDF - 446.29 Ko) construction et rénovation performantes ;
  • expertise sur les actions structurantes pour le territoire : réglementation thermique, plateformes de la rénovation…
  • encouragement des professionnels à se former Reconnu garant de l’environnement (RGE) sur les plateaux techniques de formation ;
  • organisation de temps d’échanges entre acteurs de la filière pour capitaliser sur les retours d’expériences de chacun.

Exemple en Martinique

Le projet de rénovation Aliker (PDF - 1.05 Mo)

Centre de ressources

0
KEBATI est une association qui a pour mission de promouvoir le bâtiment durable en Martinique, elle constitue depuis 2020 un centre de ressources sur la question. Elle vise à améliorer la qualité environnementale du bâti à la fois en termes d’impact environnemental, d’efficacité énergétique et de confort pour les occupants.

Ses actions : 

  • visites de sites exemplaires (maisons ou bâtiments, lieux de fabrication de matériaux locaux…) ;
  • évènements pour le grand public (Ka Fé Déba, Ateliers, conférences, formations…) ;
  • évènements pour les professionnels (ateliers, tables rondes, séminaires, revues de projets…) ;
  • capitalisation et création de ressources (documentaires, vidéos, pédagogiques…) ;
  • réponse à des appels à projet collectifs (programme OMBREE…) ;
  • groupes de travail internes à l'association sur certains sujets techniques.

Découvrez KEBATI

Quelques documents de référence